Rechercher

Chronique estivalePosté le 19-07-2016
à 09:47:22

N'oubliez pas d'adresser une carte postale de vos vacances !

L'appel de "La Gazette" à évoquer dans ses colonnes quelques souvenirs de courses et de coureurs n'a pa eu, pour le moment, beaucoup d'écho. Qu'à cela ne tienne, ce n'est pas un problème en soi.
Alors dans le même esprit (têtu de Breton) mais dans un autre registre, peut-être aurez-vous du goût à adresser à vos pôtes des Cyclos de Saint Avé une carte postale nouvelle formule, de vos vacances cyclo-sportives.
Pas besoin de chercher un bureau de tabac pour trouver la carte, puis l'adresse, puis le timbre, puis la boite... mais simplement à partir du site des cyclos adressez-nous par "contact" une ou deux photos, quelques mots sur vos chevauchées estivales et "La Gazette" se fera un plaisir de les publier.
"La Gazette" n'est jamais en vacances... ou presque, comme l'atteste la photo d'illustration de cette chronique. Un cyclo Avéen... anonyme, est plongé dans le livre de Fred Grappe, "Cyclisme et optimisation de la performance"... avant de plonger dans la piscine.
A bientôt !

Photo : JY Le Person - "La Gazette"

commentaire(s) - Poster un commentaire


InnovationPosté le 12-07-2016
à 08:03:45

Quels enseignements tirer de la descente de C. Froome dans le col de Peyresourde.

On a assisté lors de la première étape des Pyrénées dans le Tour 2016 à la victoire d'un Chris Froome qui n'était pas ce jour-là le plus fort, mais qui à l'image de son équipe a poussé dans ses limites une technique mis en oeuvre depuis l'avènement des cadres en carbone. Descendre assis sur le tube horizontal du cadre permet en effet, tout en étant seul à l'avant en prise totale avec le vent de rouler aussi vite, voire plus vite qu'un coureur à l'abri dans un peloton et en position normale sur sa selle.
S'asseoir sur le cadre réduit en effet la "surface frontale" ou le "maître-couple" du coureur (S), réduit le coefficient de pénétration dans l'air (Cx), c'est à dire son aérodynamisme (SCx) en prenant une forme se rapprochant de celle de l’œuf ou de la goutte d'eau. Sachant par ailleurs que la résistance de l'air (Ra) varie en fonction du carré de la vitesse (V) on mesure l'intérêt de cette position. En théorie, la résistance de l'air, qui est une force exprimée en newton (N), se calcule ainsi : Ra = 1/2 x p x S x Cx x V², où p est la masse volumique de l'air.
A titre d'exemple, à une vitesse de 30 km/h, V² est égale à 900. A une vitesse de 75 Km/h, V² est égale à 5 625, soit une valeur 6,25 fois plus importante. A 50 km/h, 90% des efforts sont utilisés pour lutter contre la résistance de l'air, à 24 km/h ils ne sont plus que de 50%. (1)
Lutter contre la résistance de l'air à grande vitesse devient ainsi très intéressant.
On voit bien que réduire SCx (2), permet de réduire la résistance à l'air et donc à force égale d'augmenter sa vitesse, cependant cela ne doit se faire au détriment du confort et de la sécurité. En position optimale on doit doit avoir le dos le plus plat possible et le corps ramassé au maximum. Cf. la photo d'illustration.
La position "normale" sur la selle est en fait un compromis entre le confort, l'aérodynamisme, le pilotage et la sécurité.
A l'évidence, pour gagner sans être le plus fort, C. Froome a pris d'importants risques en jouant dans les limites de la sécurité et du pilotage. On ne peut pas virer efficacement dans cette position. Freiner à 70-80 km/h, à l'entrée d'un virage, alors que l'on est obligé de mettre tout son poids sur l'avant du vélo pour que le bas du dos passe le bec de selle, c'est se mettre en limite de sécurité et d'équilibre.
En terme d'amélioration de la performance, cette position est intéressante, en terme de sécurité et de confort elle l'est beaucoup moins.

Automatiser la hauteur de selle !

Il est curieux que depuis que le vélo existe, on n'ait pas imaginé une selle à position variable comme on l'a fait pour le cintre par exemple, ou encore les braquets.
Alors "La Gazette" toujours en recherche d'innovation, s'est autorisée... et vous autorise à imaginer des solutions.
Le plus simple consisterait à concevoir une selle télescopique automatique, afin de la baisser dans les descentes, ou d'adapter sa hauteur selon les conditions de course.
On pourrait aussi imaginer un système plus élaboré en partant d'un parallélépipède rectangle articulé, à l'image de ce qui constitue le cœur de nos dérailleurs. En s'abaissant et en se déplaçant sur l'arrière tout en maintenant la selle à l'horizontale on pourrait dans le contexte de l'exploit de Froome, améliorer la sécurité, le confort et l'efficacité du pédalage, ainsi que l'aérodynamisme (SCx).
Les commandes de ces deux systèmes, seraient bien entendu, comme les dérailleurs contemporains électrifiées et automatisées.
Ainsi, la position sur le vélo au lieu d'être un compromis pourrait s'optimiser dans l'action, au fil des parcours et des reliefs.
Mais il y a encore pas mal d'études et de recherches pour s'assurer du bien-fondé de ces solutions.
Dans cette attente, attention de ne pas prendre trop de risques en descendant le col préféré de vos vacances.
JY.LP

(1) - Fred Grappe : "Cyclisme et optimisation de la performance" - Pages 310 à 312 - 2 ème édition - Deboec.
(2) - Le Cx d'une plaque est égal à 1, une sphère à 0,2, une goutte d'eau à 0,04.

Photo : "La République des Pyrénées".

commentaire(s) - Poster un commentaire


Chroniques estivalesPosté le 05-07-2016
à 09:11:04

Souvenirs... souvenirs !

Les cliquetis des roues libres, le bruit rauque des boyaux, la fantastique caravane, les motards, les couleurs chatoyantes, les rayons étincelants (à notre époque), la foule, les applaudissements, la beauté de l'effort, la souffrance, les drames, les triomphes, tout est réuni pour magnifier les coureurs et ponctuer chaque été la vie quotidienne de millions de téléspectateurs pour trois semaines de spectacle et d'émotions.

Le Tour de France fait rêver et a suscité de nombreuses vocations.

Combien d'entre nous, encore garçonnets, au bord d'une route, flanqués d'un chapeau de papier jeté de la caravane et après avoir vu leurs idoles "en vrai"... durant quelques secondes, n'ont pas rêver de devenir coureur, voire de participer à cette course mythique.
Ainsi, nous sommes nombreux au Club de Saint Avé à avoir fait des courses, beaucoup moins nombreux à avoir connu le Tour, à moins qu'on ne parle du Tour... de Bretagne 2016, ou du Tour de son quartier.
Ce sport est si exigeant qu'il marque à vie les corps et les esprits, mais aussi développe les passions.
A un âge où l'on a tendance à regarder son avenir dans le rétroviseur, évoquer ses courses, c'est évoquer sa jeunesse, des tranches de vie où en pleine possession de ses moyens, tourné vers l'avenir et de fait plein d'avenir et d'enthousiasme dans un contexte bien plus porteur qu'aujourd'hui rien ne pouvait nous arrêter. C'est évoquer des moments forts d'émotions ou de déceptions mais des moments qui marquent et que l'on oublie pas.
Alors "La Gazette" vous propose en cette période estivale d'ouvrir une chronique "Souvenirs... souvenirs !".
Osez nous parler de vous ! Vous avez vécu des moments forts, vous avez des photos d'époque, des coupures de presse, vous avez envie de les partager, de retrouver des anciens équipiers ou concurrents, faites en part à "La Gazette" dites quelques mots, ou alors racontez l'histoire, "La Gazette" les mettra en ligne.
Dans cette attente vous pouvez relire l'article "Commissaire sur le Tour", notre ami Pierrot y évoque et fait partager d’exceptionnels souvenirs du Tour de France.
JY.LP

Photo : "Ouest-France.fr"

commentaire(s) - Poster un commentaire


Echos du "1 er Tour de Bretagne"Posté le 23-06-2016
à 22:39:59

Connexion perdue au sommet d'un Château d'eau ?

3 ème, 4 ème et dernière étape

Nous n'avions plus de nouvelles depuis lundi soir où ils ont perdu la connexion avec "La Gazette" alors qu'ils se restauraient dans une crêperie au sommet du château d'eau de Ploudalmezeau, de là à penser qu'ils n'ont bu que de l'eau, il n'y qu'un pas, ou qu'un tour de roue que nous ne franchirons pas !
Pas de nouvelles, bonnes nouvelles !
Ils sont bien arrivés, comme prévu mercredi en fin d'après-midi, juste avant que l'orage ne gronde sur Saint Avé. Les épouses venues accueillir leurs champions de maris, ont pu partager avec eux un dernier verre de l'amitié, avant de lancer les lessives, le nettoyage du mini-bus et de fêter ces retrouvailles en famille.
La journée de lundi entre Paimpol et Ploudalmezeau a été la plus difficile à cause de la pluie et du vent qui n'ont cessé de freiner leur progression tout au long de l'étape. Une bonne nuit de sommeil, après avoir ingurgité un traditionnel et consistant "Kig ha farz" les a remis en forme.
Nos 14 amis, dont un cyclo de Theix, sont revenus enchantés de ce "1 er Tour de Bretagne". Il y avait une très bonne ambiance dans le groupe, où régnaient, convivialité, solidarité sur le vélo et dans l'effort, partage des connaissances et plaisir de se retrouver le soir autour d'une bonne table avec les histoires de nos deux "cycloconteurs" MARCO et BERNARD, toutes aussi drôles les unes que les autres.
Un grand merci encore à Bertrand, Maître organisateur de ce Tour. Il a su valoriser son expérience et de son savoir-faire en gestion d'un groupe de cyclos. Tout à très bien fonctionné, les parcours, les pauses casse-croutes, les restaurants, l'hébergement où chacun a pu passer de très bonnes nuits réparatrices et où ils ont toujours été très bien accueillis.
En remerciement le groupe a offert à Bertrand un petit souvenir.

Des photos ont été ajoutées à la Galerie Photo.

commentaire(s) - Poster un commentaire


E.S.S.A. cyclos - 2006-2011 © - Tous droits réservés - réalisation : JSD (Arvor Formation) - Propulsé par 1TwoNews