Rechercher

Annonce 1/18Posté le 08-02-2018
à 09:00:17

Les petites annonces de "La Gazette"

A vendre cordes de chêne

Loïc DREAN, cyclo de Saint Avé, (GR 2) vend cordes de bois en chêne, visibles à Plougoumelen. - 200 euros - A voir sur place si livraison possible. Tél : 06 07 08 09 43

commentaire(s) - Poster un commentaire


SécuritéPosté le 05-02-2018
à 15:04:01

De nuit comme de jour... suite

Nous sommes de plus en plus nombreux à être convaincus de l'efficacité des feux arrière pour attirer l'attention des automobilistes qui se rapprochent de nous et qui s'apprêtent à nous doubler.
Cette chronique n'a pas pour objet de traiter de l'éclairage des vélos mais simplement de l'utilité des feux arrière.

Tous en infraction !

Au regard de la règlementation, je n'ai pas encore vu un cyclo des environs qui pourrait ne pas être verbalisé par la Marée Chaussée si elle voulait faire preuve de zèle. En effet, tous nos vélos devraient être équipés pour rouler en plein jour, de catadioptres avant blancs, de catadioptres arrière jaunes ainsi que de réflecteurs latéraux oranges, droite et gauche placés dans les roues, plus des réflecteurs sur les pédales et enfin, cerise sur le gâteau, nous devrions tous " être muni d'un appareil avertisseur constitué par un timbre ou un grelot dont le son peut être entendu à 50 mètres au moins. L'emploi de tout autre signal sonore est interdit". (Article R 313-33) Le claquement des freins et le sifflet ne sont pas autorisés.
En l'absence d'un de ces équipements l'amende peut aller de 11€ à 33€.
La même réglementation ne dit rien sur la puissance de l'éclairage, si ce n'est que la lumière émise doit être "non éblouissante"...!?
Pourtant, l'évolution de la technologie fait que la question de la puissance se pose aujourd'hui.
Nos anciennes dynamos ou piles à lampes incandescentes ne permettaient pas de rendre un feu rouge arrière visible en plein jour. Aujourd'hui la puissance des LED, le peu d'énergie qu'elles nécessitent et la qualité des optiques permettent en plein soleil et durant plusieurs heures de rendre un mini feu parfaitement visible.

Alors quelle puissance pour un feu arrière ?

Pour mesurer celle-ci on parle le plus souvent de "lux" [lx], ou de "lumen" [lm], mais aussi parfois de "candela" [cd].
Retenons que le lumen mesure la quantité de lumière émise par une source, c'est à dire la cause et que le lux mesure la quantité de lumière reçue par une unité de surface (le m²), c'est à dire la conséquence. Pour en savoir plus.
Dans le commerce, on fait le plus souvent référence aux lumens.
En l'absence de réglementation, pour un feu arrière, "La Gazette" estime, - et cela n'engage qu'elle - qu'une puissance de 25 à 35 Lumens, permettant une visibilité diurne de 300 à 500 mètres, peut constituer une bonne base.
Au delà de la puissance de la source elle-même, la qualité de l'optique est aussi importante. En effet, c'est elle qui va plus ou moins concentrer le faisceau lumineux et donc faire en sorte qu'il soit bien visible, à la fois de loin lorsque l'on est dans son axe, mais aussi plus largement lorsque l'on se rapproche du vélo. Certains feux disposent en même temps d'un éclairage large continu et en son centre d'un faisceau concentré de longue portée clignotant.
On trouve aussi des produits de 65 lumens, très performants, vendus pour être visibles à 2 km, mais qui peuvent se révèler gênants lorsque l'on roule en groupe.
Le feu avant, qui devient alors un véritable phare peut aller jusqu'à plus de 1500 lumens. Mais c'est une autre question où il s'agit de voir la nuit, plus que d'être vu. En revanche, la question peut intéresser les copains qui préparent le prochain "Paris Brest Paris", on en connait.

Quelle batterie ?

On ne peut que conseiller les accumulateurs au lithium-ion rechargeables par un câble USB sur un ordinateur ou un chargeur de téléphone. Plus coûteuses à l'achat, mais plus pratiques et plus économiques à l'utilisation, ces batteries permettent de miniaturiser l'ensemble du feu.

Quel budget ?

En la matière, les plus économiques ne semblent pas être les plus performants.
Alors, une bonne batterie, de bonnes LED, une bonne optique qui va tirer le maximum de la source lumineuse, une bonne unité électronique, le tout parfaitement étanche, incassable et miniaturisé ça se paye !
Le plancher de qualité doit se trouver aux alentours de 20€ à 30€ pour un feu. Cependant en se développant le marché va rapidement faire baisser les prix.
Dernier point, jusqu'à peu la réglementation n'autorisait pas les feux arrière clignotants, ils devaient être fixes. Depuis un décret du 13 avril 2016, ces feux sont devenus réglementaires.
Une bonne chose, car plus efficaces pour la sécurité des cyclos. Nous allons pouvoir en faire la démonstration.

JY.LP


commentaire(s) - Poster un commentaire


Voir et être vu !Posté le 29-01-2018
à 18:28:52

De nuit, comme de jour... !

Le temps était encore bien gris et humide ce dimanche. Durant presque toute la matinée, c'est dans un brouillard bien dense que nous avons dû tailler notre parcours.
Chose inhabituelle, dans notre groupe, cinq vélos étaient équipés de feux rouges à LED.
On ne peut que s'en réjouir, car l'on sait que sur la route, il est plus important d'être vu que de voir.
Le matin de bonne heure ou par temps de brouillard, chacun en est convaincu. En plein jour et par plein soleil, ces feux nouvelle génération et hautement performants ne donneront pas plus de visibilité mais en revanche attireront l'attention de ceux qui s'apprêtent à nous doubler.
J'en suis convaincu pour l'avoir expérimenté.
Depuis plusieurs mois à toute heure du jour et lorsque je roule seul, mes LED sont en fonction et j'ai vraiment l'impression qu'environ 80% des automobilistes sont plus prudents lors des dépassements. Cela semble avoir le même impact que les basiques "écarteurs de danger" utilisés par les cyclo-campeurs d'antan et que j'ai aussi expérimentés en leurs temps.
Mon voisin de peloton me disait qu'à l'automne dernier alors qu'il jaugeait le Tourmalet, il avait constaté que les cyclos étrangers, Espagnols, Allemands, Hollandais... étaient presque tous équipés de LED.
"La Gazette" en est convaincue, feux arrière ... et feux de frein... sont des équipements qui ne peuvent qu'améliorer la sécurité et que tout cyclo devrait avoir et aura sous peu.
L'offre de matériel est aujourd'hui importante. Un vélociste à qui j'en parlais récemment me disait qu'un marché était en train de s'ouvrir dans ce domaine.
Alors face à une offre importante et diversifiée, quel matériel choisir ?
Les performances et les budgets ne sont pas les mêmes selon les options. Quelle différence entre les lumens et les luxs, quelle puissance minimale retenir ? Et bien "La Gazette" vous propose de traiter cette question dans sa prochaine chronique.
En attendant, vivement les beaux jours !

commentaire(s) - Poster un commentaire


Echos de la GalettePosté le 22-01-2018
à 21:22:19

Une année prometteuse !

Patrick CHEVILLARD, le tout nouveau Président des Cyclos de Saint Avé, a présenté à l'occasion de la Galette des Rois, outre ses bons vœux, le calendrier sportif et festif pour l'année 2018. Il est consultable à partir de la page d'accueil.
Ce fût aussi l'occasion d'apporter un soutien à notre ami Loïc LE PAGE qui des Sables d'Olonne, larguera les amarres le 1 er juillet prochain pour un Tour du Monde, à la voile, sans escale, en solitaire et à l'ancienne, c'est à dire comme en 1968, année de création de cette course mythique.
"La Gazette" en a déjà parlé il y a un an. Voici ce que nous annoncions alors...

L'échappée solitaire de Loïc

La semaine dernière, nous disions combien le vent était redouté des cyclistes. Parfois allié, mais souvent ennemi, que l'on soit seul ou en peloton il reste difficile à gérer.
Pourtant il est un cyclo de Saint Avé qui pour avoir gravi des dizaines de fois le Mont Ventoux*, ou s'être aligné au départ du dernier Paris Brest Paris, a la passion du vent et s'apprête à en faire un allié, je veux parler de Loïc LE PAGE.
Familier du groupe 2, notre ami Loïc est en pleine préparation d'une course à la voile en solitaire, autour du monde, sans escale, la "Golden Globe Race".
C'est le Britannique Sir Francis Chichester, qui en 1968 initia cette course. Elle s'appelait alors la "Golden Globe" du Sunday Times. Sir Robin Knox-Johnston en fut le vainqueur, alors que le Français Bernard Moitessier, - les plus anciens s'en souviendront - renonça sur "Joshua" à arrêter son tour du monde et continua pour un second tour jusqu'à Tahiti pour... "sauver mon âme" disait-il.
Loïc quant à lui se contentera d'un seul tour sur "Laaland", un Nicholson 32 en cours de rénovation. Il appareillera le 16 juin 2018
(le départ a depuis été fixé au 1 juillet 2018) avec 30 autres "compétiteurs" d'un port de la côte sud de l'Angleterre. Il devra franchir trois caps et finir par le mythique Cap Horn.
La course se fera sur des quillards de seulement 32 à 36 pieds (9,75m à 10.97m) et dans les conditions de l'époque, c'est à dire sans GPS, sans assistance météo, sans pilote électrique ... tout appareil électrique et numérique étant proscrit à bord, il s'orientera grâce au soleil et aux étoiles à l'aide de traditionnels sextants, il récupérera l'eau de pluie et écoutera de la musique, si la mer l'autorise, sur des mini-cassettes...
Si Thomas COVILLE a bouclé son tour du monde en 49 jours et 3 heures, ou encore Armel Le CLEACH en 74 jours et 3 heures, Loïc pense le réaliser en 7 à 8 mois, soit en un peu plus de 200 jours...!
Peu importe la vitesse, les participants recherchent avant tout une aventure humaine.
Loïc nous fera partager une partie de son aventure hors du commun et "La Gazette" se fera un plaisir d'en faire écho.

* L'origine de ce mot pourrait venir du provençal : "ventour" qui veut dire "exposé au vent".

Championnats de France Masters : Les détails du programme

Plusieurs d'entrevous s'interrogent sur les conditions d'organisation et de participation aux Championnats de France Masters qui se dérouleront du 26 au 29 juillet prochain à AVESSAC (44).
Il convient pour s'inscrire d'être licencié FFC. Pour ceux qui ne le sont pas, ils peuvent prendre une licence individuelle "Pass Cyclisme ". La licence peut être obtenue par internet. Voir les conditions détaillées".
Par ailleurs "La Gazette" s'est procurée le détail du programme. Pour le connaitre "cliquez ici".
Avec un tel programme, l'année 2018 s'annonce très prometteuse.

commentaire(s) - Poster un commentaire


E.S.S.A. cyclos - 2006-2011 © - Tous droits réservés - réalisation : JSD (Arvor Formation) - Propulsé par 1TwoNews